RETOUR
BIOGRAPHIE

Voici maintenant plus de 10 ans qu'Aurélien Merle enregistre et publie ses chansons en toute discrétion, plus de 10 ans qu'il œuvre avant tout à son indépendance et à sa liberté, à vrai dire bien au-delà de la simple chansonnette. Il n'est donc pas étonnant que ce nouvel album, intitulé "Remerle", nous parvienne après plus de 5 années de silence discographique, 5 années au cours desquelles il aura consacré beaucoup de son énergie à participer au développement d'un label dont il fut à l'initiative en 2008, le label Le Saule. Rien d'étonnant non plus à ce qu'on retrouve sur ce disque la reprise d'une chanson de Pierre Barouh et Areski, tant la maison Le Saule a pu faire parfois songer au bouillonnant Saravah des années 70.

5 années sans disque donc, au cours desquelles Aurélien Merle a également posé les jalons de 2 autres albums à venir : le premier consacré à la MPB, la musique populaire brésilienne, à travers un répertoire qu'il a porté sur scène en 2013-2014, et le second composé pour la poétesse Séverine Daucourt-Fridriksson, déjà auteure et interprète de l'album "Blaa" en 2008, avec Bertrand Louis. 5 années qui l'auront vu aussi se lancer dans un genre totalement différent de chansonnier, satiriste politique, au sein du spectacle "Goguettes en trio" au succès grandissant. 5 années qui lui auront permis enfin de s'affranchir de Paris pour s'installer en Bourgogne.

C'est pourtant en Anjou qu'Aurélien Merle a grandi et fait ses premiers armes dans la chanson : 14 chansons enregistrées a capella sur un magnétocassette à l'âge de 8 ans et étrangement tombées dans l'oubli, puis une première démo de 13 titres en 2002, à l'âge de 23 ans, "Ceci est un Merle", qui ouvre la voie à un premier spectacle solo, "Pieds nus", aux premiers articles dans la presse locale, et à un premier véritable album en 2005. "Le jeu des balcons mal fermés" est une collection de chansons hétéroclites, parfois franchement pop, mélange d'influences disparates. Citons pêle-mêle : les Smiths, Yann Tiersen, Léo Ferré, Divine Comedy. Puis très rapidement il enregistre 12 poèmes du Nobel irlandais WB Yeats : "For Words, Perhaps" paraît l'année suivante dans une veine plus folk et acoustique, cette fois plus proche de John Cale et de Nick Drake.
ET PUIS...